Un merci en pot {cadeau pour la maîtresse diy}

20130626-135115.jpg

20130626-135139.jpg

Les plus beaux souvenirs de cadeaux de maîtresse en fin d’année ont souvent été ces petits objets personnalisés.
Je me souviens de mes jumeaux en ce1 il y a quelques années et dont les deux plateaux custumisés ont orné ma salle de bain au moins deux ans. Depuis ils me servent à servir le petit dej à valou.

Une année pas simple pour le chevelu qui a essayé d’apprendre à vivre en communauté. Un chevelu a tout de même grandi, « poussé » grâce aux personnes qui l’entouraient quotidiennement.

Un joli pot qui résume bien des choses pour la maîtresse.

En simplicité.

20130626-135614.jpg

20130626-135640.jpg

20130626-135648.jpg

20130626-135711.jpg

20130626-135724.jpg

Reste plus qu »à mettre l’empreinte du doigt de la bestiole…enfin de chevelu quoi!

Cerceaux, sorbets et jolies choses

Je passerai sur le fait que ce week end m’a tuée… Entre les livrets des 10 élèves aux compétences différentes pour chacun,dans lequel je perds mon latin… le fait que l’Homme était absent la plupart du temps…Et les deux grumeaux qui vivent leur vie de grumeau…le pot de crayon que j’ai voulu garder intact, la chasse aux bouchons, les ativites manuelles car le temps ne se prêtait pas à la sortie…

J’ai essayé de trouvé du beau et du positif.

20130623-133632.jpg

20130623-133712.jpg

20130623-133753.jpg

20130623-133915.jpg

20130623-133931.jpg

20130623-134033.jpg

20130623-134101.jpg

20130623-134139.jpg

20130623-134159.jpg

20130623-134227.jpg

20130623-134250.jpg

20130623-134330.jpg

20130623-134354.jpg

20130623-134414.jpg

20130623-134442.jpg

Papa is back

20130623-134523.jpg

20130623-134549.jpg

20130623-134615.jpg

20130623-134719.jpg

Mon préféré?

J’ai deux grumeaux.Un garçon, une fille.
Deux âges différents.
Deux caractères différents.
Des centres d’intérets différents.
Deux relations différentes.

Enceinte de Julia, je n’ai jamais eu peur de l’aimer moins que son frère. Ca me semblait improbable. L’amour devait se multiplier.

Et le 27 mai, julia est née. L’amour pour un nouveau né est particulier. Intense, lié par l’émotion de la naissance et timide pour la nouveauté.
Je l’ai aimée aussi fort. Le contact de sa peau, ses bruits, son odeur, elle m’était déjà familière et rassurante comme un lit douillet qu’on rejoint après une longue journée.

20130616-210755.jpg

Ce sont tous les deux mes préférés. Parfois en même temps, parfois à des moments différents.

Ils me rendent fière pour des raisons différentes.
Ils me rendent chèvre pour des raisons différentes.
Ils m’apportent de l’affection de manière différente.
Ils me fâchent pour des raisons différentes.
Ils me font rire, sourire pour des raisons différentes.
Parfois, ils sont source d’inquiétude pour des raisons différentes.

Parfois, je préfère être seule avec Valentin, lassée par la glue juju et ses quelques chouineries.
Parfois ,je préfère être avec Julia, lassée de la brusquerie de ce dernier et de ses questions incessantes,de sa cassecouillerie aussi…

Valou me fait rire avec son humour parfois limite caustique, son sens du 2eme degré déjà prononcé:

Valou, tu me gonfles « mouahaha c’est drôle, je peux pas te gonfler comme un ballon »
Il adore les expressions imagées, j’ai l’impression que ca lui parle beaucoup.

Valou me remplit d’amour avec ses faiblesses.

Julia est si mignonne, si charmeuse et futée.
Julia est caline et affectueuse.mais aussi chipie.

Voir des différences ce n’est pas avoir de préférences.

J’aime me retrouver parfois seule avec l’un ou l’autre.

Je n’en préfère aucun à l’autre,je les aime juste différemment.

Dans l’enfer des nuits {Ca jacasse}

Image

 

Ouhouhou, en voilà une maman qui a bien dormi!!

 

Dans cet article, j’évoquerai les nuits de la zibourline. Je ne parlerai pas de Valentin qui, faisant ses nuits à près de 3 mois de 20h à 6h était exemplaire.

Quand Zibourline est née, j’étais reposée et heureusement, vu ce qu’elle nous a mis après

Je m’attendais bien entendu à devoir me réveiller toutes les 3 heures les premiers mois, mais je pensais sincèrement que la miss allait faire ses nuits aussi vite que Chevelu…

Sauf que voilà, à maman égale, enfants différents… Zib souffrait d’un RGO… Quand Chevelu s’endormait comme un pépère sur son bib, elle, de son côté, se tortillait comme une malheureuse et ne s’endormait que balancée dans les bras ou dans la voiture, le soir… J’ai tout tenté. La seule chose qui eut du succès fût l’écharpe de portage que je bénis…

Donc déjà, mauvais point sur l’endormissement…

se réveillait à 1H/4/ 7H et là, grosse galère, tout le monde debout… PAN!

Et là, la fatigue se cumule, la maladresse apparait, la dépression PP aussi… Un bon gros coup de massue…

Petite Zib avait décidé que lorsque maman se levait pour elle, c’était trop la teuf, et ne se rendormait pas… Billes grandes ouvertes…

L’Homme m’aidait beaucoup dans la gestion des nuits. Il a été top, se levant au radar, réglant l’affaire en 5 minutes…

Il faut savoir que lorsque ton premier grumeau est encore petit( 2 ans), tu traines pas 15 minutes à laisser pleurer ta zibourline, hein…T’as tellement peur d’être deux fois plus dans le caca que tu cours chercher le petit être hurlant…Au passage, tu te cognes le doigt de pied, tu t’enfonces la hanche dans le coin du lit, tu réprimes un sanglot et vaillamment, tu chopes ton bébé en le baillonnant.

Parfois, le petit grumeau a décidé de te faire la misère des heures durantes…

Je me souviens pour chevelu à bout de nerfs, avoir jeté le biberon par terre à l’autre bout de la pièce en pleurant comme une tarée.

Les rares fois où j’ai pété les plombs, j’ai refilé les paquets à l’Homme en disant « toutes façons, j’en peux plus, jvais me barrer et vous me reverrez plus jamais »…

Bon, je suis toujours là, donc pour la crédibilité, on repassera.

 

Zibourline a fait ses nuits à 8 mois, bowdel, 8 LONGS HORRIBLES mois… Et huit mois, sans nuit complète, c’est très, très très long et très douloureux…

Tu sais quoi? C’est la chose la plus douloureuse et traumatisante dans la maternité. Comment ça, j’exagère…?

 

Note de l’auteur: Zibourline a fait ses nuits quand elle a passé un séjour « forcé » chez pimamie( l’Homme hospitalisé)…

Oui, j’ai lâché prise et la miss a dormi. Je ne la couchais plus la boule au ventre, la peur aux tripes me demandant à quells sauce elle allait nous becter cette nuit…

 

Allez les nouvelles mouns, courage hein!

Moi je vous laisse ces réjouissances, je passe mon tour!!

 

 

 

J’aurais aimé être une lycéenne américaine…

Ou une pom-pom girl…

Enfin, dans mes rêves les plus fous, hein parce que le grand écart, on en est loin.tu vois une équerre? C’est bon, tu visualises? Bah je fais pas plus de l’angle droit à l’écart…ouaip, la loose…on en parle du fait que j’arrive pas à toucher mes pieds sans plier les genoux?Voilà, voilà…même mon doc’ quand il soigne mon hernie discale regulièrement tout au long de l’année(merci les études de sport), il dit que jsuis bizarrement fichue du dos.
Bref, maintenant que mon anatomie n’a plus de secret pour toi(autant pour moi, je n’ai jamais évoqué les épisios sur le blog… Non, même pas en rêve).

Je ne me présente plus, la série addict, et particulièrement celles qui sont américaines. Plus belle la life, j’ai jamais accroché.

J’avoue aimer particulièrement les séries un peu teenagers dans lesquelles les lycéens ont plus d’autonomie et de liberté que moi(en même temps la liberté avec deux grumeaux…), dans lesquelles ils semblent avoir 25 ans à 17 ans.

Aussi loin que jme souvienne, le lycée n’avait pas des airs du lycée de mystic fall, jme souviens même qu’on avait pas trop le droit de se bisouiller dans les couloirs.

En fait dans ce genre de série, t’as l’impression que c’est constamment la fête, une vie d’adulte avec des responsabilités d’ado(autant dire aucune, soyons honnêtes).

Toutes ces choses que j’envie:

-les nanas arrivent sapées comme des icônes de mode et sont hyper accessoirisées.

pour ma part, au lycée, j’avais des goûts vestimentaires approximatifs…je me souviens être venue avec une jupe en simili cuir argentée…oui, je sais, tu peux rire…

-les nanas sont super bien gaulées, mais genre trop quoi!et jdis ça, souvent la reine de la promo traite de grosses toutes celles qui dépassent le 36.
moi au lycée, j’étais un peu rondouille.Enfin j’exagère mais c’est avec la maternité que j’ai fondu

-leur teint est parfait, leurs cheveux sont soyeux longs et souvent blonds, elles vont à la manucure tous les soirs, chez le coiffeur avec maman toutes les semaines.
en troisième j’avais le cheveu gras et au lycée, des bout’s plein la figure

-très souvent, elle sort avec LE prof sexy du lycée.en cachette. Il pourrait aller en prison.
étonnament pas de prof sexy dans mes lycées. Si ce n’est un horrible prof de maths qui en 3 ème croyait que je faisais exprës d’être nulle en maths pour attirer son attention, qu’il me plaisait.Le mec était horrible,avait des poils sur la pomme d’adam, portait un gilet péruvien, sentait la mort et la biere, avait les cheveux gras…un vrai poème.

-« maman, je vais au cinéma avec damon, tu peux me donner 30 dollards » maman soRt le billet joyeusement, amuse toi bien ma chérie »
WTF 30 dollards??pour un ciné? Jme souviens avoir élaboré des stratégies dignes de la CIA pour avoir 5 euros pour manger à la cantoche au lycée( je mangeais un sandwich, la cantoche coûtait un bras et deux doigts de pieds)

– petit copain: passe par la fenêtre(oui, il y a toujours un arbre ou une liane près de la fenêtre de la teenager américaine), va se rincer l’oeil car la teenager a toujours une nuisette affriolante.
a cet âge et toujours d’ailleurs
Ce même petit copain est souvent plus viril et musclé que ton propre mari. Oui, c’est un joueur de football américain. Et même qu’en fait, elle l’a connu en lui faisant rattraper son travail en littérature. Le joueur de foot est très souvent menacé de quitter l’équipe s’il a pas A à sa dissert d’histoire.
mais sérieusement, qui a un A en dissert d’histoire? Je suis ni pompom girl ni joueur de foot et pourtant, je fais pas péter le A.

-diplôme: la teenager est FORcEMENT acceptée dans une prestigieuse université. D’ailleurs, elles ont toutes leur diplôme, même celles qui passent plus de temps à fricoter qu’à être en cours.

-bal de promo: c’est un peu l’occupation de l’année en fait. Elles en parlent tout le temps, ne vivent que pour ca, passent des heures à trouver la robe, le cavalier, la déco et la pub pour être élue reine de promo.

-les fêtes surprises avec leur lot de bière, de punch et de gobelets rouges et bleus. Les deux teens qui montent dans la chambre des parents pour leur première fois souvent loupée.

-alimentation: passent leur journée à grignoter et à boire des starbucks, des gros pots de glace quand elles dépriment, tout cela en restant minces…
On ne sait pas d’où elles sortent le financement maman mais ca chiffre!

-les lycéennes ont un casier. Décoré. Mais surtout il est en hauteur. Oui le lycéen américain n’est pas obligé de se vautrer dans le sac des autres pour trouver le sien. C’est sur, c’est moins classe…plus de chance de faire le sourire du plombier…

-en général, tout ce petit monde chante et dans les couloirs.

-ils prennent les cpe pour des cons sans avoir de problème.ca choque personne.

La liste est non exhaustive.

En fait, les teens américains, dans les séries, ce sont des minis adultes, version j’ai pas de problème d’adultes à gérer…

Le pire c’est qu’à presque 30 ans, je m’imagine bien porter des minijupes et faire des leçons de morale au prof de littérature, à lui clouer le bec.Draguer le prof de maths. Faire le mur par la liane de ma fenêtre.enfiler une robe digne du tapis rouge pour une soirée.

Bah quoi, on peut même plus blaguer?

Allez, jvous laisse, jdois aller déméler mon pompom de cheerleaders.

20130612-220515.jpg

N’oublions pas le super chapeau de la. « graduation ».
Hop, on le jette en l’air

20130612-220607.jpg

Promo

20130612-220636.jpg

Overlookée, minces et canons…

20130612-221050.jpg

Donnez moi un E donnez moi un L…donnez moi un o…

Arts visuels, fête des pères et silouhettes

Un petit travail avec un goût d’Andy Warhol…

20130609-132549.jpg

20130609-132727.jpg

Prendre en photo le profil de l’enfant avec l’ipad, décalquer la silouhette.

20130609-132816.jpg

Découper la silouhette et reporter sur du papier canson de couleur.

20130609-132926.jpg

20130609-132951.jpg

20130609-133015.jpg

Coller les deux portraits de canson sur une grande feuille avec du vernis colle.

Avec le pochoir(partie évidée racommodée avec du scotch) ,faire une forme en tamponnant avec de l’acrylique.

20130609-133316.jpg

20130609-133359.jpg

20130609-133422.jpg

J’ai adoré faire ça, connaissant mes élèves, sans mettre de prenom sur le travail, je reconnais leur bobine!

Le choix du prenom, bonheur ou galère?{ca jacasse}

Ca y est, c’est confirmé, il y a un bébé dans ton bidon…L’écho est formelle, tout va bien, clarté nucale de compèt’ , tu peux enfin te projeter!
Un ou deux mois plus tard, tu auras même la joie, si tu le souhaites, de connaît le sexe du baby et donc, de commencer à réfléchir à des prénoms.

Alors les fashions addict se rueront dans le premier magasin de fringues pour acheter un bodie trop mimi, ou un pyjama estampillé « je fais mes nuits à deux semaines ».
D’autres se laisseront aller à rêver au prénom de leur futur mini-eux.

20130607-193641.jpg

Et le prénom à trouver, c’est quand même un sacré truc! Heureusement qu’on doit pas se tenir à la lettre de l’année comme pour les chiens et les chats!
Alors, pour ce ça jacasse, bagarre ou bonheur, comment s’est passé le choix du prénom?
As tu eu des réflexions pourries déplacées desagréables ou le prenom fit( ou fait) l’unanimité?

A vos clavier la basse cour et essayez de séduire swag mummy, reine de la basse cour de la semaine.

Cette semaine, vous poseterez les liens de vos articles ici, les poulettes!