naturélo

J’ai toujours été convaincue par les capacités de notre corps à trouver des solutions pour des problématiques non urgentes, qu’elles soient physiologiques ou émotionnelles.

C’est mon côté un peu fantasque et créatif. Peu de place pour le cartésien.

Je crois que c’est un héritage sacré de ma grand-mère maternelle. J’en suis de plus en plus consciente. Comme dirait Mufasa, elle vit en moi. Les longues routes de la campagne beauceronne laissent souvent mon esprit s’évader d’idée en idée et je pense souvent à ce qu’elle était et faisait.

Elle avait toujours des astuces, des trucs qui marchaient à merveille sur notre petite bobologie. L’odeur de son huile essentielle de lavande est un souvenir palpable. Et toutes ses pierres trônent encore  dans le salon de mon grand-père.

Depuis peu, je me sens de moins en moins en adéquation avec mon métier actuel, l’image qu’il renvoie et la pression sociétale constante. Il est inutile de regarder les sondages ipsos pour voir à quel point il y a une haine anti-prof et à quel point nous sommes dépréciés. J’ai envie de dire, comme dans tous corps de métiers, il y a des mauvais partout mais beaucoup d’entre nous donnons notre maximum pour que les enfants apprennent dans de bonnes conditions. Vaste débat. Stérile débat puisque d’ici 7 semaines, nous entendrons la mesquinerie française nous persifler dans les oreilles que nous sommes des nantis et qu’on est surpayés pour ce qu’on fout.

Il y a aussi un certain immobilisme et carcan que je ne supporte plus. Un conformisme qui ne va pas avec ma personnalité. Et ma liberté s’arrête quand la porte de ma classe s’ouvre.

Mais bien malheureusement, quand tu as été conditionnée à la sécurité de l’emploi depuis 12 ans, il est difficile d’envisager prendre des risques.

Je me suis lancée avant les vacances dans une formation ( sponsorisée par mon compte bancaire). C’est quelque chose qui me trottait depuis un moment.

Muée d’une motivation de fin de vacances, reposée, j’ai bouclé mes deux premiers devoirs en une après-midi. Oui, les littéraires  sont des gratte-papiers. Et là je me suis surprise à avoir un semblant de confiance en une possible mutation de mes compétences… En adéquation avec mes appétences.

J’ai toujours apprécié apporter un contenu informationnel et j’ai toujours été attirée par le bien-être, les choses naturelles et la santé.

Depuis des mois, vous ne trouverez chez nous que de l’aspegic ( migraineuse), du doliprane et de la ritaline (là tout de suite, ça fait tache)…

Dans la cuisine, vous ne trouverez plus de produits allégés en gras et uniquement des sucres complets ou peu transformés( j’ai banni le sucre de betterave). Les vieux démons ont la vie dure, la seule transition que je n’ai pas réussi à faire est le coca zéro et le sucre 0 calorie… My bad…

Ces produits ne font pas maigrir, sont bombardés d’hydrogène, et nous poussent à consommer d’autant plus! Je ferai un article ultérieurement sur cette transition alimentaire générée par la chrononutrition.

Bref, aurez-vous trouvé quelle est ma formation?

 

 

2 réponses sur « naturélo »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s