Jupette pour petite renarde filoute

Quel dimanche merveilleux. Premier lever à 8h, bricoler mes petites affaires, remonter me coucher à 9h. Emerger à 14h. Genre, ça doit bien faire depuis….Depuis JAMAIS! Je ne suis pas une grosse dormeuse. Plutôt poule couchée ascendant coq levée…
Un dimanche idéal. Feuilleter des magazines de cuisine, papoter, et COUDRE!
J’ai acheté à kiabi une jolie paire de ballerines pour ma chérie, avec un petit renard dessus. Quand je la reverrai vendredi, ce sera la fête, elle les adore…
Et puis, reposée, j’ai ressorti ma machine à coudre et pu retourner à mes premières amours…

La couture!

Quelques découpes, deux trois coutures, une aiguille cassée et un petit renard, la voici la voilà et je l’adore déjà.Vivement que je la voie dedans!

IMG_0488

je suis la galette la galette

IMG_0486

La forêt et les cochons imaginaires

On a de la chance, on a des grums marcheurs. Des grums qui ne rechignent pas face à quelques km et c’est plutôt une chance. D’ailleurs, ils pourraient vivre dehors que ça leur conviendrait tout à fait.
C’est une chance, en ville ou en rase campagne.
La forêt déclenche chez zib une panique incontrôlée plus communement appelée  » gniiii môman, y’a des cochons ».

Pourtant, on fait pas de chasse à cour et jusqu’a preuve du contraire nous n’avons jamais croisé de sanglier.

Nos agréables balades en forêt se transforment en truc un peu pénible pendant lequel on doit porter notre paquet de près de 11kg sur épaule/bras.

20131111-081654.jpg

20131111-081718.jpg

20131111-081727.jpg

20131111-081733.jpg

on a retrouvé lemec d’assasins creed

20131111-081805.jpg

20131111-081813.jpg

20131111-081820.jpg

20131111-081827.jpg

20131111-081835.jpg

20131111-081842.jpg

20131111-081851.jpg

Ca serait pas un cochon, là-bas?

20131111-081921.jpg

20131111-081934.jpg

20131111-081949.jpg

20131111-082002.jpg

20131111-082012.jpg

20131111-082022.jpg

20131111-082036.jpg

20131111-082048.jpg

20131111-082100.jpg

20131111-082115.jpg

20131111-082127.jpg

Une balade en forêt pour zib, c’est un peu man versus wild, en fait…

My amazing valentin’3 et ses curiosités

Depuis quelques matins, nous allons à la piscine pour parait-il se baigner et se rafraîchir. Sauf que dans ce monde qui recelle de mille curiosités, ce serait perte de temps de rester dans l’eau.car le propre de valentin, cequi le définit le mieux, c’est ce trait de personnalité : la curiosité. Il emmagazine toute information visuelle ou oralement enoncée. Il n’en parlera pas de suite, mais il observe et sois bien sur qu’il te la ressortira tôt ou tard. Et c’est cette curiosité qui lui permet parfois de faire des choses assez étonnantes pour nous, adultes…
Autour de la piscine, il y a une étendue d’herbe immense qui cache des choses incroyables.
Valentin passe des heures à fouiner dans les trous de buisson, autour des bassin, à la recherche de l’insecte parfait. Il reussit à attraper les papillons, les mouches et les bourdons en un rien de temps, furtif comme une belette.
Hier, c’est sous les yeux ebahis d’un papa qu’il a rapporté à la serviette une grenouille.toute petite.adorable. Elle a pas de prénom. Mais valentin a déjà bien intégré que ça se nourrisait de mouches. Reste à trouver des mouches qui soient pas aussi grosses que la grenouille.

Nous envisageons trouver des tétards pour voir leur évolution seulement nous ne savons pas où en trouver. Des idées?

Sinon, j’aimerais bien pouvoir me baigner un jour…

20130725-085817.jpg

20130725-085739.jpg

20130725-085915.jpg

20130725-085931.jpg

20130725-090004.jpg

20130725-090017.jpg

Garçon et fille:la shoes du roi {Diy transformer des chaussures de garçon en fille}

20130714-191520.jpg

Zib a trouvé dans notre tri une paire de chaussure en 20 appartenant à chevelu.c’est drôle car il les portait de 15 a 18 mois et julia du haut de ses 25 mois peut toujours les mettre!
Bref, elle insistait lourdement pour les porter( parce qu’à 2 ans, on a déjà des goûts vestimentaires, qu’on se le dise…).
n’ayant pas l’intention de les vendre ni les donner ( les shoes d’apprentis marcheurs ça se donne pas), etayant mal au coeur de les jeter, je me décide à les custumiser pour ma belle.

L’avantage de cette paire de chaussures c’est qu’elle était très fine. Le motif girafe et le jaune ne me plaisaient pas.

-de la glue pour tissu
-des paillettes assorties
-des pinceaux de différentes tailles pour les petits endroits
-de la peinture pour tissu

1) on peint les petites parties souhaitées

20130714-192413.jpg

20130714-192447.jpg

2)on attend que la peinture sèche et on applique généreusement la colle.

20130714-192630.jpg

3)On verse en pluie les paillettes sur la chaussure, on laisse sécher et on tape les chaussure pour enlever le surplus.

20130714-192812.jpg

20130714-192851.jpg

20130714-192913.jpg

20130714-192930.jpg

Est-ce utile de dire l’effet des paillettes sur une petite fille de 2 ans…?

La fête des mères sans les colliers de nouilles

La fête des mères dans un mois, et seulement deux semaines pour faire quelque chose avec mes petits CLIS que je vais retrouver.
Des niveaux bien differents, je cherche donc plusieurs idées pour parer aux difficultés.
Fête des mères, ca depend des écoles, des enseignants. J’aime préparer quelque chose avec mes élèves. Un peu le prétexte de faire des loisirs créatifs.

20130428-220311.jpg

un peu de production d’écrits ou de dictée à l’adulte

20130428-220414.jpg

De l’argile, une empreinte, un bijou

20130428-220456.jpg

A faire par les petitous de la classe

20130428-220538.jpg

20130428-220614.jpg

20130428-220633.jpg

20130428-220705.jpg

20130428-220737.jpg

20130428-220815.jpg

J’espère que cette sélection pinterest vous aura inspiré!

Pour ma part, je ferai pour sur, quelques uns de ces bricolages 🙂

Mes deux pieds joints dans la flaque

Image

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu, adulte, une âme d’enfant.

Je profite de chaque moment que m’offre ma vie, je savoure les bonheurs simples.

Marcher sur le bord d’un trottoir telle une funambule, en essayant de ne pas tomber, même quand je suis au travail accompagnée de personnes qui fument leur cigarette à mes côtés, sans se douter une seconde de mon petit jeu.

Arrêter une séance de lecture qui allait tourner au vinaigre et sortir avec mes 6 zébulons pour se mettre dans le tapis de pâquerette, trouver la plus longue, et faire des colliers de fleurs. 

Pendant la récréation, laisser les adultes et inciter des enfants à jouer avec moi.

Jouer au facteur n’est pas passé et en retirer du plaisir.

Avec des bottes, sauter à pieds joints dans une flaque.

Il m’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout avec une pâquerette.

Rire à gorge déployée, sans retenue, au risque d’agacer.

Au parc, faire du toboggan.

Patouiller, manipuler, bricoler.

Faire les voix quand je lis des histoires, à mes élèves, à mes enfants, au risque d’être ridicule.

Faire de la balançoire, toucher le ciel.

Avoir une jupe qui tourne.

Ramasser des fleurs, des cailloux, des trucs…

Dessiner dans le sable.

M’ennuyer à une réunion qui parle de gestion de personnel, imaginer le grand directeur sans sa moustache, pouffer dans la mienne.

Gribouiller sur une feuille.

L’hiver, boire un chocolat chaud au retour d’une promenade, allumer 10 bougies.

En arts visuels, adorer faire ma propre oeuvre avec mes élèves, bah oui, moi aussi jpeux m’amuser, m’enfin!

Chanter à tue-tête sous la douche, dans la voiture.

L’été, sortir chercher mon linge pieds nus sur la terrasse.

Vouloir aller à la serre aux papillons pour les sentir m’effleurer le visage.

A noël, je trépigne d’impatience devant mes paquets, je les déchire telle une lionne famélique devant une gazelle bien grasse.

Quand je suis contente, heureuse, je laisse exploser ma joie de manière parfois excessive-mais je m’en fiche du qu’en dira t’on.

Voir un objet, une chose, le détourner dans ma tête, imaginer autre chose. une poule qui ressemble à une pomme de pin…

Coiffer ma fille, glisser mes doigts dans ses mèches, les tournicoter et faire une moustache avec.

Jadis une faiblesse, aujourd’hui, une force, presqu’un art de vivre. Je suis contemplative de ce qui m’entoure, je m’amuse d’un rien, c’est sûrement pour cela que je n’ai jamais l’impression de m’ennuyer, je vois la vie de mille couleurs.

Tu peux alors te demander où se trouve la frontière entre une âme d’enfant et l’immaturité.

Quand il s’agit de questions sérieuses, de questions d’adultes, d’affaires de grands, je réponds présente avec sérieux. On peut compter sur moi. Non sans stress parfois mais je suis là.

Mon âme d’enfant, c’est ma bouffée de légèreté au quotidien.

Je connais des personnes qui se prennent tellement au sérieux, qui se considèrent tellement au dessus de tout ça que je les trouve d’une tristesse déconcertante.

La vie, ce n’est pas qu’acheter, travailler, jouer au grand.

La vie, c’est tout ce qui nous entoure, petits et grands plaisirs, petits et grands bonheurs.